Accueil > INTERNET > Emplois et stages > Offres d’emplois et de stages de formation > Stage master : Optimisation des traitements de conservation des alliages aluminium

Stage master : Optimisation des traitements de conservation des alliages aluminium

- Durée : 6 mois

- Lieu : Arc’Antique, Laboratoire de conservation – restauration
26 rue de la Haute Forêt, 44300 Nantes
Tel : 02 51 81 09 40

- Encadrant : Elodie Guilminot
Elodie.guilminot@arcantique.org

- Problématique : Dans le domaine du patrimoine, l’aluminium est considéré comme un matériau récent. Découvert au XIXe, l’aluminium a connu un véritable essor au début de XXe avec l’industrie aéronautique. L’aluminium est un matériau léger qui a une bonne résistance à la corrosion grâce à la formation d’un film passif (Al2O3). Mais pour améliorer ses propriétés mécaniques et répondre aux exigences de l’aéronautique, plusieurs alliages ont été développés (duralumin (Al-Cu), Al-Mn, Al-Si, Al-Mg, Al-Mg-Si). La présence de ces éléments d’alliages vont former des intermétalliques qui modifient le comportement électrochimique de l’aluminium soumis un environnement agressif. La présence de chlorures sur ces alliages aluminium accentue le phénomène de corrosion feuilletante. Ainsi de nombreuses épaves d’avion datant du début du XXe jusqu’à la 2nde guerre mondiale sont confrontées à cette problématique. Peu de travaux ont été menés sur ce sujet, les traitements faisant référence datent du début des années 1990. Depuis peu de laboratoires de conservation ont traité des objets en aluminium. La conservation d’une épave d’un avion reste toujours un grand défi. Les solutions actuelles de traitement doivent encore être testées, optimisées et validées. Une première étude a été menée à Arc’Antique en 2013 sur la problématique de la déchloruration des alliages aluminium. A la différence des objets ferreux, les produits de corrosion de l’aluminium ne piègent pas les chlorures. L’évolution de la corrosion de ces alliages aluminium semble principalement influencée par les changements d’humidité relative et de la présence extérieure des chlorures. Cette étude aura pour but d’évaluer ces phénomènes sur des objets provenant d’épaves d’avion, avec ou sans protection, afin de déterminer les traitements de conservation à appliquer en fonction des lieux d’exposition ou de stockage.

- Travail proposé : Le travail devra être effectué sur des objets réels, mis à disposition par le Musée de l’Hydraviation de Biscarosse. Ces objets ont été caractérisés lors de la précédente étude en 2013. Les différents procédés de protection seront recensés afin d’être testés sur des échantillons provenant des objets réels (pales d’hélice). L’efficacité de ces protections sera ensuite évaluée en fonction de l’environnement (variation du taux d’humidité relative et taux de chlorure). Les échantillons seront caractérisés par des techniques électrochimiques et physico-chimiques (MEB, DRX). Les essais seront réalisés au laboratoire Arc’Antique et une partie des analyses sera réalisée sur les appareillages de l’Université de Nantes.

- Profil du stagiaire : ce sujet pluridisciplinaire nécessite un(e) étudiant(e) qui possède de solides connaissances en matériaux, en corrosion et en électrochimie. Comme ce travail doit être appliqué ultérieurement par les restaurateurs, il s’effectuera en étroite collaboration avec un restaurateur. L’étudiant(e) doit pouvoir faire preuve d’une grande autonomie et d’un grand sérieux (les objets d’étude étant uniques et en quantité réduite).
Une autre qualité indispensable pour ce stage est la motivation, la curiosité et l’intérêt pour le patrimoine culturel.

Stage Master Alu2015 - 78.6 ko