Accueil > INTERNET > Emplois et stages > Offres d’emplois et de stages de formation > Stage M2 Taphonomie exérimentale

Stage M2 Taphonomie exérimentale

Stage rémunéré.

Durée : 12 à 16 semaines (durée ajustable)

Lieu : Le Havre, Laboratoire Ondes et Milieux Complexes

Liste des équipes de recherche
— Université du Havre : UMR 6294 CNRS, Laboratoire Ondes et Milieux Complexes
— Université de Rouen : UMR 6266 IDEES CNRS, Département de Géographie

— Support logistique et scientifique : GDR 3591 ‘Taphonomie, Environnement et Archéologie’, & UMR 5199 Bordeaux, UMR 7269 Aix-en-Provence

Cadre général du stage
Le stage de M2 proposé s’intègre dans le cadre d’un nouvel axe de recherche concernant la taphonomie expérimentale des ensembles archéologiques en canal à houle et à flux continu (Taphexac). Cet axe s’appuie sur deux projets régionaux déjà existants de la structure fédérative de
recherche normande SCALE (http://scale.crihan.fr) : le projet ELIT (Erosion et Littoral) et TEQQ (Transferts, eau, qualité, quantités), avec le soutien du GDR 3591 TaphEnA.

Problématique générale
Les vestiges archéologiques (lithique, os, etc.), une fois abandonnés par les sociétés passées, sont souvent enfouis sous dans des dépôts sédimentaires en relation avec des milieux aqueux (fleuve, lac,
tourbières). Lors de leur enfouissement (taphonomie) et leur fossilisation (diagénèse), ces vestiges vont subir différentes modifications spatiales, physiques et/ou chimiques en lien avec les processus
géomorphologiques et hydrodynamiques (écoulement fluviatile, ruissellement, jet de rive etc.). En contexte d’écoulement hydrique, ils peuvent alors être comparés à des particules sédimentaires qui
pourront être triées, déplacées, ou réorientées spatialement. De tels processus peuvent alors induire une altération de l’enregistrement archéologique (perte d’intégrité). Dans le but de mieux comprendre
les processus de formation des sites archéologiques, il est utile d’appliquer une approche expérimentale où certains paramètres conditionnant la sédimentation et l’enfouissement des vestiges restent contrôlés
et maîtrisés (substrat, énergie, pente, type/vitesse d’écoulement). Si l’expérimentation et la modélisation en canaux offrent de nombreux atouts afin d’étudier les processus hydrodynamiques qui
participent au transport, au tri et au dépôt des sédiments (que cela soit en contexte fluviatile ou littoral), elles peuvent aussi aider à mieux comprendre la représentativité des ensembles archéologiques ou paléontologiques.

Objectif général du stage
Etudier l’évolution spatiale (et paramètres taphonomiques associés) de pièces archéologiques lithiques (microlames, éclats) et fauniques (mammifères petits à moyens) soumises à un écoulement fluviatile
de moyenne énergie (forçage hydrodynamique).
Objectifs spécifiques du stage
L’accent sera mis sur l’observation et l’analyse des différentes modifications spatiales acquises par les pièces archéologiques soumises à un écoulement fluviatile expérimental :
— déplacement et enfouissement différentiels des vestiges
— acquisition de fabriques préférentielles (orientation et inclinaison des objets)
— figures sédimentaires (blocage des vestiges etc.)
— tris longitudinaux et verticaux des vestiges (tri granulométrique)
— influence de la forme, du poids, de la densité, de la nature anatomique (faune) des vestiges sur leur comportement hydrodynamique
— dégradation d’amas de taille
— comparaison des paramètres taphonomiques entre les pièces lithiques et fauniques


Méthodologie
Tests en canal à flux continu (10 m x 0,5 m x 0,5 m) avec fond sableux
Profil de l’étudiant :
Le sujet est proposé à un/une étudiant(e) intéressé(e) pour travailler en canal à flux continu sur une
problématique interdisciplinaire relevant de la taphonomie, de la géoarchéologie, de l’archéologie,
de la mécanique des fluides, et du transport sédimentaire. Le stage demande une ouverture d’esprit,
une rigueur et une minutie dans l’acquisition des données (mesures d’objets, utilisation d’une boussole
et d’un inclinomètre, traitement statistique des données, prises de photos). Après une formation initiale
à LOMC pour l’utilisation du canal à flux continu, le stagiaire devra être autonome dans la conduite
des expérimentations.
Le profil recherché n’est pas figé  : archéologue, préhistorien, géographe, géologue, physicien,
mécanicien (mécanique des fluides)


Contacts :
Dominique Todisco
UMR IDEES 6266, Université de Rouen, Département de géographie
Rue Lavoisier, 76821 Mont Saint Aignan Cedex
Tel. : 02 32 76 94 31 / bureau F411
dominique.todisco@univ-rouen.fr

François Marin
Université du Havre, UFR des, Sciences et Techniques
Laboratoire Ondes et Milieux Complexes, UMR 6294 CNRS
25 rue Philippe Lebon, B.P. 540, 76058 Le Havre Cedex
francois.marin@univ-lehavre.fr